Dans l'atelier

Marionnettes / moins de 8 ans s'abstenir!

Un court spectacle déjanté, sorte de préambule après lequel nous invitons enfants et adultes à bricoler très sérieusement des marionnettes avec nous.
Dix-huit folles minutes pour raconter les déboires d’une marionnette en cours de fabrication qui tentera tant bien que mal de s'achever elle-même...
Dix-huit minutes durant lesquelles le personnage luttera avec les éléments, la matière, les objets et parfois même avec ses manipulateurs qu’il n’hésitera pas à tyranniser…

‒ EN ‒ Eighteen madcap minutes to tell the audience about the trials
and tribulations of a puppet under construction which does its best to
finish the task on its own... Eighteen minutes during which this character
struggles with puppet parts, materials and objects and, at times, even
with the puppeteers, whom it tyrannises without compunction…
‒ NL ‒ Achttien krankzinnige minuten om de teleurstellingen van een marionet
in de maak te vertellen, die probeert zichzelf zo goed en zo kwaad
als mogelijk af te werken. Achttien minuten waarin het personage de strijd
aangaat met de elementen, de materie, de dingen. Soms zelfs met de
poppenspelers, die het ongegeneerd tiranniseert…

Spectacle conçu par Alain Moreau et créé avec la complicité de Sarah Demarthe et Emilie Plazolles
Réalisation marionnettes, scénographie et mise en scène : Alain Moreau
Jeu : Angela Malvasi, Emilie Plazolles ou Yannick Duret (en alternance)
Régie : Jérôme Lenain ou Alain Moreau
Création des musiques : Max Vandervorst
Création des éclairages : Dimitri Joukovsky
Aide à la création et au scénario : Gilbert Epron et Dimitri Joukovsky

Le spectacle est autonome et peut être joué sans être suivi de Chantier Frigolite, …
Trois formules possibles…
- Spectacle uniquement, sans Chantier Frigolite: 3 fois par jour (sur 4 heures, 1 spectacle toutes les heures et 1h30, minimum 1 heure de battement entre chaque représentation)
- 2 spectacles+ 1 Chantier Frigolite (tout de suite après la 2ième représentation, le tout sur 4 h maximum)
- 2 spectacles + 2 Chantier Frigolite (matin et après-midi, ateliers tout de suite après les représentations)

Durée du spectacle : 18 minutes
Nombre de spectateurs pour le spectacle : maximum 130 (dépendant de la salle, si gradin véritable ou de fortune…)
Durée de Chantier Frigolite: 1 heure
Nombre de participants à Chantier Frigolite:
En tout public : 25 (adultes et enfants à partir de 8 ans)
En scolaire : à partir de 10 ans, 1 classe, 30 enfants maximum

Fiche technique…
Dans l’Atelier (Spectacle)
- Dimensions espace scénique : largeur : 4m x profondeur : 2,50m x hauteur : 2,50m
- Puissance électrique : 2 x 16 ampères en monophasé ( 2 prises standard)
- Pour le spectacle : Obscurité ou à défaut pénombre
- Montage : 1h
- Démontage : ½ h
- Installation du public : gradin ou gradin de fortune (coussins au sol, bancs à mi-hauteur, chaises, tables et adultes debout derrière les tables)
Chantier frigolite (Atelier de fabrication)
- Espace bien éclairé
- 4 tables (2m x 1m) ou 4 praticables (à 80 cm)
- Prévoir un espace assez spacieux pouvant accueillir le spectacle et le Chantier Frigolite ou prévoir un espace séparé pour Chantier Frigolite où les tables pourront être préparées à l’avance par notre équipe.
- En scolaire : Prévoir 3 personnes responsables extérieures à la compagnie ayant une habitude du travail manuel pour aider à l’animation de l’atelier.
-Prévoir des sacs poubelles, un bon aspirateur et 1 personne pour l’utiliser après chaque atelier !

>>>Notre décor peut se transporter en bagage accompagné en avion. Une fiche technique spécifique existe quand nous arrivons en avion (télécharger Fiche technique avion)

  • En 18 minutes, Alain Moreau nous emballe un thriller jouissif, dont le comique trash ferait pâlir d’envie Tarantino. Que les parents se rassurent, ils peuvent y emmener leurs enfants (à partir de huit ans tout de même)(…) Deux mains surgissent d’un carton, puis un tronc sans tête. Un rectangle de polystyrène planté dans une pique fera bientôt l’affaire pour commencer la besogne (avec l’aide de deux manipulatrices géniales et discrètes). Et voilà que ça scie dans la tas, que ça dessine des yeux au feutre, que ça perd quelques doigts en route, que des questions existentielles se posent, que des batailles d’ego font rage, et que la tyrannie s’installe. On y voit alors comment deux traits de crayons et quelques poils de pinceau peuvent faire jaillir le plus irascible dictateur. C’est fou, c’est ingénieux, c’est formidable !
    [Catherine Makereel, Le Soir]
  • C’est courageux. Et douloureux. La marionnette s’engage dans une lutte contre la matière, une lutte schizophrénique contre elle-même, contre ses manipulatrices… (…)L’écriture de ce spectacle est dense, les trouvailles sont nombreuses, il n’y a aucun temps mort. La folie, contenue au départ, monte en crescendo tout au long de la représentation jusqu’à un final littéralement explosif. Un must. [A. Deb. L’Avenir]